Mes 10 Fun Facts et Anecdotes sur l'Allaitement Maternel

Nous approchons doucement de l'anniversaire de ma première année d'aventures lactées, l'allaitement se poursuit sereinement et je ne vous cache pas ma fierté de mère, au-delà des remarques et de la critique quand je vois la santé de ma fille, sa joie de vivre et son état général.
Comme me le dit souvent mon Chéri : J'ai bien travaillé.


1. Avant d'être enceinte, il était hors-de-question que j'allaite.

Je n'ai jamais vu personne allaiter.
Les seules femmes qui le faisaient dans mon entourage allaient aux toilettes et je ne voulais pas nourrir ma fille dans un lieu sentant l'urine et autres joyeusetés. Ce n'est pas un endroit pour prendre son repas. Vous le feriez-vous, manger votre assiette aux toilettes ? J'ai comme un doute à ce sujet.

C'est cliché mais je ne voulais pas abîmer ma poitrine. Une idée reçue puisque ce n'est pas l'allaitement qui fait de mal aux seins mais bien la grossesse à ce qui s'en dit.

En tout les cas, une fois ma princesse venue au monde, je n'ai pas réfléchis et ai suivi mon instinct. J'ai répondu à ses besoins sans penser à autre chose et si réellement je ne peux supporter ma poitrine plus tard, il existe la chirurgie. J'ai la fierté d'avoir nourrit un petit-être et des seins, ce n'est pas la chose la plus importante de la vie...

2. Outre le fait que l'on a une poitrine de folie, la montée de lait est douloureuse.

Quelques jours après l'accouchement, j'ai vécu l'inévitable montée de lait dont on ne m'avait pas vraiment expliqué les détails. C'est horrible.

Je me suis retrouvée avec une poitrine digne d'une actrice X, certes c'était super beau...
Jusqu'au moment où la douleur est survenue, le lait coulait à flots, mes seins allaient exploser malgré les tétées. J'ai béni le tire-lait pour le coup.

Rassurez-vous, ça ne dure pas longtemps. L'espace de quelques heures et des astuces permettent d'estomper et soulager la douleur. Comme par exemple les feuilles de choux verts bien fraîches sur la poitrine, c'est ridicule mais ça fait un bien fou et croyez-moi, vous le ferez si vous en avez l'occasion.

3. Il est impossible de dormir sur le ventre même en l'absence de ventre. - En tout cas les premiers temps.

Au début de mon allaitement, il était impossible de me coucher sur le ventre sans risquer l'engorgement ou encore, dans cette position, le drap finissait trempé par le lait maternel et j'étais de corvée lessive obligatoirement.

Cette période est rapidement passée et aujourd'hui, je peux dormir dans la position qui me convient sans aucun soucis.

4. Parfois, on possède un sein plus gros que l'autre.

Et l'on déteste nos soutien-gorges.
Ce doit être dû au fait que ma fille préfère un sein plutôt que l'autre.

Pour lutter contre ça, j'alterne entre les seins, il n'y a pas 36 solutions.

5. Lors des poussées dentaires, les petites dents travaillent bébé.

Vous vous en doutiez, j'allais en parler.
Lorsque les dents arrivent, les enfants ont le besoin physiologique de mordre pour se soulager et faire travailler leur mâchoire. Ce n'est pas des plus agréables pour la maman quand on allaite, l'enfant peut mordre, plus ou moins fort et l'on risque d'avoir un réflexe, un peu idiot sur le moment mais humain d'extérioriser notre douleur par un : Aie !

J'ai remarqué que cette réaction n'était pas idéale. Lorsque ma fille mord trop fort, je ne dis rien et ne grimace pas, il faut prendre sur soi un éclat de seconde, pour ne pas amuser l'enfant qui pourrait prendre ça pour un jeu et recommencer, sans vouloir faire mal. En général, ma fille arrête rapidement et si elle recommence, je l'ôte quelques secondes pour qu'elle se calme un peu ou lui donne un jouet à mordiller quelques minutes avant de reprendre la tétée. Et en cas de grosse crise, j'utilise comme toujours l'Huile de soins Premières dents de NéoBulle qui l'apaise en l'espace de quelques secondes, la tétée peut reprendre en toute quiétude.

Si les douleurs sont trop importantes, n'hésitez pas à consulter la Leche League ou une Sage-Femme qualifiée en conseil à l'allaitement.

6. Quelques giclées laitières incontrôlables.

Au moment de la tétée, il m'est arrivé de découvrir les giclées continues et incontrôlables quand Erika lâche le sein sans prévenir, cette situation nous fait beaucoup rire tout les trois.

C'est aussi arrivé lors de rapports avec mon compagnon - appelons un chat, un chat - sur l'instant c'est déroutant, je vous l'accorde. /sourire

7. Lorsque l'on voit notre enfant grandir, l'on ressent une énorme fierté.

L'allaitement, ce n'est pas toujours simple et facile. Parfois on peut se sentir démunies, l'envie d'abandonner pour raisons X ou Y peut survenir mais il faut s'accrocher et la famille, les proches sont d'une grande aide lors de ces baisses de moral.

Pourtant, il ne suffit que d'un coup d’œil vers notre enfant pour constater le fruit de notre travail et les bienfaits de cet allaitement. Allaiter c'est une sorte de super-pouvoir ! 

8. J'ai choisis d'allaiter partout, comme je l'entend et sans priver ma fille de ses repas pour la " bienséance ".

En rapport avec le premier point de cet article, j'ai pris la décision d'allaiter à la demande et cela peu importe le lieu. J'essaie de rester discrète et ne sors pas mes seins n'importe comment bien entendu mais ce ne sont QUE des seins...

J'ai essuyé bien des remarques et des critiques à ce niveau et j'ai toujours su répondre de façon piquante et de manière à faire réfléchir les insultants. Ma bienveillance à des limites tout de même, je reste humaine mais polie.

Un exemple :

- Vous ne pouvez pas faire ça ailleurs/aux toilettes ? C'est dégoûtant ! - lors d'un allaitement à table, durant notre repas.
- Non. Vous mangez à table ? Ma fille mange à table, comme tout le monde. C'est un être-humain. Vous ne mangez pas aux toilettes à ce que je sache sinon montrez-lui l'exemple.

9. Je prend plaisir à trouver de jolis vêtements d'allaitement.

Vous le constatez lors de mes looks spécial allaitement, je me suis découverte une certaine passion pour les tenues d'allaitement, je cherche et aime trouver de belles tenues. Je suis à l'affût des tendances et commence à reconnaître telle ou telle coupe, son nom ou l'époque de mise en place de la technique. Je sais aujourd'hui, ce qu'est une robe chasuble...

Et si mes articles peuvent vous donner des idées de styles et associations à reproduire :

>>> Voir les articles de mode allaitement : ici

10. Je bois comme pour deux !

Je suis toujours occupé de boire, c'est un fait indiscutable, l'allaitement donne très soif.
Alors l'on peut opter pour les tisanes d'allaitement dont certaines sont succulentes (j'ai mes préférences, je ne vous le cache pas) ou beaucoup d'eau.

Il m'est arrivé d'engloutir entre 2,5 et 3 litres de boissons - toutes confondues - par jour et sans me forcer bien entendu. Au début je buvais même durant les tétées mais maintenant ça peut attendre la fin de ces dernières.

Et vous, quelles sont vos anecdotes d'allaitement ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous n'avez pas le temps de commenter ?
Cliquez sur le bouton ci-dessus pour m'indiquer que vous avez aimé, ça me ferait très plaisir.

Commentaires

  1. Quel joli partage d'anecdotes =) C'est rassurant et ça met en confiance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu te fais confiance, ça devrait aller et si ton allaitement est compromit, ne croit pas que tu es une mauvaise mère... Il arrive que l'on n'y arrive pas. :(
      Comme je te l'ai dis, n'hésites pas à consulter une SF spécialisée en lactation/allaitement après ton accouchement, ça m'a évité bien des déboires. Surtout que 16 consultations sont prises en charge ! Ce serait dommage de s'en priver.
      J'espère que tu vas bien, enfin... Que vous allez bien du coup. ;)

      Bisous.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire