Journal de Maternité #7 : Un Flot de Violences

Depuis plusieurs mois, la rédaction de cet article me titille.
Je ressentais le besoin d'écrire sur un sujet qui me fait souffrir et qui leur fait bien plus de mal, beaucoup plus de mal que l'on ose se l'imaginer. Parce que les mots sont des armes... 

A chaque interaction faite et notée par mes soins, je n'arrivais à me détacher des sentiments qu'on pu ressentir ces enfants. J'étais en proie à l'empathie, face à mes démons d'enfant, toutes ces violences ordinaires et extraordinaires vécues et ce n'était pas facile, moralement. Tel que vous le savez, j'ai opté pour l'éducation dite bienveillante et sans violences car j'en ai moi-même payé le prix en tant qu'enfant - sans m'étaler sur le sujet - et parce qu'une autre méthode d'éducation est possible, plus douce, saine et respectueuse de la famille.


Ces violences contiennent tout un florilège d’aberrations telles que les mensonges, les chantages, les comportements et paroles blessantes, culpabilisantes, peu flatteuses, humiliantes et dévalorisantes ne laissant pas de place aux sentiments de la personne concernée. Ces sentiments sont passés sous silence par la menace ou tout autre sentence quasi-immédiate à la manière d'une toute-puissance à craindre. Je ne veux pas ça pour ma fille, pour mes enfants et mon entourage. Voilà pourquoi j'ai choisis la bienveillance, n'en déplaise à certains.

Je souhaite que cet article - qui n'est pas ici pour vous faire culpabiliser ou vous juger - vous aidera. Directement ou indirectement. Qu'il vous sensibilisera en tant que parents, futurs parents ou "simples" adultes en quête du mieux.

Les enfants sont des êtres-humains à part entière, comme vous et moi, ils ont des sentiments et de l'amour à revendre. Ces violences peuvent engendrer divers troubles du comportement, plus tard, tels qu'un manque de confiance ou de l'estime de soi, de l'insécurité, de l'anxiété, voir de la violence également... Mais ce n'est pas tout, cette triste liste n'a quasiment pas de fin.

Parce que c'est en ouvrant les yeux que l'on découvre, que l'on avance et que l'on grandit.


Avant toute chose, il est important de signaler que ces phrases ont été récoltées en un peu plus d'un mois par mes propres soins. Cette liste m'a personnellement affectée et toutes ses phrases, sans exception, ont été prononcées par des adultes.

- A ton âge, j'étais déjà propre ! // Une mère à son enfant, qui n'avait pas pu se retenir.

- Mais dégages de là, je n'ai pas le temps pour tes bêtises ! // La réponse d'une mère, à son enfant qui voulait lui dévoiler le fruit de son travail avec fierté.

- Tu ne peux pas faire ça, c'est pour les gentils enfants. // Un père à son fils qui désirait jouer avec les autres enfants présents.

- Ne me mens pas où je te corrige ! // Après un petit mensonge pour sortir jouer dehors, avec ses amis.

- Quel bel enfant ! Elle marche déjà ? - réponse négative - Bon, vous êtes tranquille, elle ne pose pas ses mains partout et vous pouvez vivre votre vie. Profitez-en, ça ne va pas durer. // Une personne âgée, sur la terrasse d'un café au sujet de ma fille.

- Tu ne vois pas que tu déranges la dame ?! // Une mère à son fils qui jouait non-loin de nous.

- Regardes-toi, on dirait un souillon ! // Un grand-père à son petit-fils qui jouait.

- A ta place, je ne porterais pas de jupes. Tu es trop grosse. // Une mère à sa fille, dans une boutique.

- Non, déposes ce jouet c'est pour les garçons. // Une grand-mère à sa petite-fille dans un rayon.

- Fais ce que je te dis, sinon j'appelle le vilain monsieur. // Un oncle à sa nièce, devant les parents qui riaient.

- Je ne sais pas quoi faire de cet enfant. // Une mère à son fils qui avait du chocolat sur la bouche.

- J'étais bien plus tranquille avant d'avoir ces deux-là. // Une mère qui se remaquillait pendant que ses petits jouaient ensemble.

- Moi, je voulais une fille. J'ai deux garçons et je fais avec... mais c'est pas pareil, les filles sont plus cool avec leurs parents quand ils sont vieux. // Une dame, sur une terrasse, au sujet de ma fille.

- Après on s'étonne que certains picolent // Une mère à sa fille qui pleurait.

- Tu es ridicule ! Tu l’as bien cherché, maintenant ne viens pas te plaindre. // Un père à son fils, tombé suite à une chute.

- Est-ce que tu t'es vu ? On ne t'a pas élevé dans une porcherie. // Un père à son fils qui rentrait d'avoir joué dehors.

- C'est toujours pareil avec toi ! // Un père à sa fille, qui avait fait preuve d'une petite maladresse.

- Comme d'habitude, rien n'est fait... Une vraie feignasse. // Une mère à sa fille, qui rentrait de commissions.

- Si tu veux que l'on soit gentils avec toi, il va falloir être plus sage. // Des parents à leur enfant, dans une grande surface.

- T'es pas beau quand tu pleures, on dirait une fille. // Une mère à son fils qui pleurait.

J'ai décidé d'arrêter là...
Bien que j'aurais pu continuer, ma liste est très longue. A mon grand désarroi.

Cette dernière comporte aussi des dizaines de tapes/fessées, jugements publics et intempestifs, des gifles, des négations sans explications, des insultes, des gestes brutaux, d'autres violents et j'en passe certainement. Tout cela me fait bien trop mal au cœur.

Afin de ne pas terminer cet article dans le flou, je recommanderai à tout parent dans ce type de situation, la lecture des œuvres de madame Filliozat, le visionnage de la chaîne Youtube : Famille épanouïe et de lire mes consœurs blogueuses/confrères blogueurs (par exemple) - Je vous prépare une sélection rapidement.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous n'avez pas le temps de commenter ?
Cliquez sur le bouton ci-dessus pour m'indiquer que vous avez aimé, ça me ferait très plaisir.

Commentaires

  1. Merci pour cet article, ça me dépasse cette violence "banale", yen a plusieurs dans la liste que j'ai souvent entendu à mon égard petite... et je me souviens très bien de ce que cela provoquai en moi... l'impression d’être nulle... jamais à la hauteur des adultes, pas assez bien pour être aimé... je me détestai... Pourtant j'ai grandi dans une famille aimante, mais qui par mimétisme de leur éducation reproduisaient ces comportements humiliants...

    Il y a peu de temps j'ai été extrêmement choqué par une mère humiliant sa fille devant toute la famille car elle avait fait pipi dans sa culotte... ça m'a bouleversée... tout les adultes autour qui regardai en rigolant... j'ai été la seule a intervenir auprès de cette petite pour lui venir en aide... il se serai passé quoi si je n'avais pas été là....?!

    Je ne veux pas d'enfant mais une chose est sure si un jour je viens a en avoir ça sera dans une éducation bienveillante <3

    RépondreSupprimer
  2. je vais me faire l'avocat du diable hein, mais je trouve que tu juges bien vite des phrases vues ou entendues, sorties de leur contexte. tu te place automatiquement du point de vue de l'enfant soit disant violenté, persécuté, humilié, comme si ... comme si ces enfants ne recevaient jamais d'amour... que celui ou celle, parent d'enfants plus grands que la tienne, qui bien sûr n'a pas encore l'âge de faire son quota quotidien de 60000 bêtises par jour, n'a jamais dit une seule de ces phrases, que chaque parent qui n'a jamais un jour été pressé par le temps, stressé par une journée de travail épuisante, ou tout simplement eu un coup de mou, de ras le bol tout simplement, me jette la première pierre. J'ai deux garçons, de 8 et 5 ans, et j'attends un troisiemme. A ces ages merveilleux de la découverte, des expérimentations, de la recherche des limites, je tente d'être la plus "tolérante" possible, de ne pas crier, de ne pas "juger", de ne pas "humilier", de les laisser faires leurs découvertes mais parfois il arrive que :
    - je lui dise que je n'ai pas le temps : quand c'est le éniemme dessin qu'il veut me montrer (et que du coup m'extasier sur trois traits au crayon pendant 30 minutes là c'est du mensonge... desolée ), quand ce que je fais est potentiellement dangereux pour lui et que c'est la quarantiemme fois qu'il veut gouter le produit ou que ce qu'il veut me montrer c'est son magnifique élévage d'araignées énormes qu'il a passé l'après midi a recolter dans le jardin, et que je suis arachnophobe...

    RépondreSupprimer
  3. - que cette activité est reservée au "gentils enfants" quand il est puni, car oui, je punis lorsqu'il a fait une bêtise... expliqer c'est bien mais dans la vie, la vraie, celle des adultes, quand tu fais une bêtise, tu est puni, sanctionné. et ça, je suis désolée mais l'enfant doit le comprendre. Ne pas lui apprendre que dans toute société, qu'elle soit familiale, sociale, ou autre, il y a des règles a respecter et que le nom respect de ces règles entraine une sanction, reviens pour moi a en faire des éternels frustrés a l'age adulte, et je n'ai pas envie que plus tard, un de mes fils devienne un de ces voyous qui ne respectent rien ni personne parcequ'on leur a toujours dit que le roi c'est eux et qu'on fera toujours ce qu'ils désirent.
    - je n'ai jamais menacé de "corriger" mon enfant, par contre, je leur interdit de mentir. Si toi tu refuse de leur mentir, pourquoi eux te mentiraient ils? désolée mais non, le mensonge, c'est non...
    -ah, les paroles des "vieux"... "elle ne marche pas, vous êtes tranquiles" et autre... je ne pense pas que ce soit du jugement, pour cette dame, c'étais même peut être une reminiscence de son passé, lorsque ses enfants, petits courraient partout et qu'elle devait leur courir après pour ne pas qu'ils soient en danger, rien de forcément méchant donc...
    - tu dérange la dame... tout le monde n'est pas aussi tolérant que toi face au enfants des autres... et oui en effet, cette dame a eu peur que son enfant te dérange, peut être a elle déjà eu la reflexion... et donc elle a eu peur que tu la juge comme une mère qui ne sait pas tenir son enfant... et toi tu l'a jugée comme une mère "humiliante" qui ne laisse pas de liberté a son enfant... ou est la justice la dedans??? cette pauvre femme est donc condamnée a être jugée par les autres, quoi qu'elle fasse...

    RépondreSupprimer
  4. - "on dirait un souillon", oui, si l'enfant est couvert de boue, de la tête au pied, ben... on dirait un souillon, un petit cochon... même si il est en train de jouer... une fois de plus, parole d'un grand père, qui a été elevé à une époque ou on ne devait pas se salir car on avais peu de vêtement, et donc on devait en prendre soin... et ou en plus il n'y avais pas de machine a laver et autre... pas la même époque quoi...
    - ce jouet est pour les garçon.... et oui une fois de plus, pas la même époque... pour cette grand mère, qui a été elevée come ça, les poupées c'est pour les filles, les voitures pour les garçons... une fois de plus pour elle, c'est la normalité, pas une volonté délibérée d'être méchante ou d'humilier...
    - j'étais plus tranquile avant, je ne sait plus quoi en faire, et autres j'en ai ras le bol... que le parents qui ne l'a jamais dit un jour de grosse fatigue, d'enchainement de grosses bêtises ( toboggan sur le matelas dans l'escalier suivi de varappe après les pierres de parement du mur du salon suivi d'escalade sur la cheminée du barbecue exterieur, suivi d'une séance peinture sur les murs du bureau par exemple)lève le doigt...

    RépondreSupprimer
  5. - moi je voulais une fille... ah, moi aussi... ça ne veut pas dire que je n'aime pas mes garçons... mais j'aurais aimé avoir une fille (le troisiemme est aussi un garçon), parceque oui, je pense que la relation est différente...
    - après on s'étonne que certains picolent... mais en fait moi je me demande même comment je fais pour ne pas picoler vu tout ce qu'ils me font... je suis tellement souvent au desespoir, tout les jors ils en inventent de nouvelles, pire, ils réfléchissent ensemble a ce qui pourrais me faire râler, je le sais, je les ai entendus, que y a des fois... en effet, je boirais bien un mojito pour me détendre...
    - tu l'a cherché... ben pareil hein, quand c'est la quarantiemme fois que tu lui dit de ne pas grimper, attention c'est dangereux, tu va tomber... boum, et bien oui tu l'a cherché, il se fais ses expériences... tu t'es égratigné le genou, ce n'est pas grave ne tinquiète pas, mais tu saura pour la prochaine fois... c'est en tombant qu'on apprends a se relever...
    - je ne t'ai pas élevé dans une porcherie... je le dis parfois quand ils rentrent couverts de boue, et qu'ils en étalent plein la maison... desolée mais je demande aussi a ce qu'ils respectent l'environement dans lequel ils vivent, en essayant de le garder propre et rangé. le respect ça doit aller dans les deux sens.
    - c'est toujours pareil avec toi... ben ma foi, si cette petite fille est comme moi, un pierre richard en puissance, c'est fatiguant a la longue... et pour tout le monde...
    - si tu veut qu'on soit gentil, il va falloir être sâge... le mot gentil est peut être mal choisi parceque je pense que pour toi cela signifie ces a cette heure ces parents sont méchants... mais je pense juste que ce parent voulais dire, si tu veut que l'on te fasse plaisir (achat d'un jouet ou autre recompense), il va falloir que tu fasse moins de bêtitse et que tu soit sage.... et bien oui, en ce bas monde, désolée mais une récompense se mérite, on obtient rien sans rien et tout ne nous tombe pas tout cuit dans le bec.... on ne récompense pas un enfant qui ne respecte pas les règles... c'est comme ça.
    - t'es pas beau quand tu pleure... bon, en général, j'ajoute qu'il s'est si mignion quand il sourit de toutes ses petites dents, avec un calin, et ça règle souvent le problème.... mais tu te vois dire a ta fille oooh, tu es si mignonne quand tu pleures... ? euh...
    Bref, un long commentaire d'une maman très certainement imparfaite, mais qui a juste envie que ses enfants deviennent des adultes respectueux, responsables, tolérants, et heureux surtout... et pour moi, un enfant qui ne sait pas où sont les limites, n'est pas heureux... un enfant a besoin de repères, de "bornes" a ne pas dépasser pour se construire sans s'éparpiller. que deviennent à l'age adulte ces enfants a qui a un moment on a pas dit "non il t'es interdit de faire cela. Point barre, c'est come cela, tu n'a pas le choix". je ne veut même pas l'imaginer.
    Alors que peut être certains de ces parents que tu cite, n'ont pas a tons sens utilisé le bon vocabulaire, mais parfois les mots dépassent la pensée, on parle vite, dans la colère de l'instant ou la frayeur du moment... tu pioche une phrase, dite sur l'instant, et tu catalogue ces parents comme "mauvais" alors que peut être ce sont les parents les plus aimants du monde, mais que parfois, il ont un coup de mou, alors ils disent une phrase malheureuse qu'ils regrettent ensuite, qu'ils s'en veulent de ne pas être de "parfaits parents", qu'ils ont l'impression de ne pas savoir éduquer correctement leurs enfants (impression largement relayée par toute cette société qui prone l'enfant parfait et le parent parfait). Et ce genre d'article, complétement dans le jugement de valeur, me donne juste envie de pleurer et me suffit a me conforter dans le fait que je suis une mauvaise mère... merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Johanna,
      Cela ne me ressemble pas de juger et je ne juge pas ces parents. Mon article est là pour attirer l'attention sur ses petites phrases assasines que l'on peut prononcer aux enfants.
      En France, la plupart des gens utilisent ces phrases ou encore "Tu vas tomber", etc... En Angleterre, si l'on se pose dans un jardin d'enfant, on entendra plutôt : "C'est bien !" / "Montres-moi comment..."
      On ne dirait pas mais il y a tellement d'autres phrases à prononcer car oui ce sont parfois des personnes nées à une autre époque qui les prononcent mais on les entend aussi de la part des plus jeunes.
      Et comme je l'ai déjà dis sur le blog, je ne suis pas parfaite. Ces phrases, je les auraient prononcées aussi (par mimétisme) avant de me pencher sur ce que ressens l'enfant et de bonnes lectures. Alors non, je ne suis pas plus "parfaite" que toi, tu n'es pas une "mauvaise" mère, on fait tous des erreurs en tant que parents (j'en ferai aussi), le tout n'est pas de se jeter la pierre mutuellement - mais de s'aider - et je ne te la jete en aucun cas, si tu veux en discuter, tu sais où me trouver.

      Supprimer
  6. J'entends ça bien souvent et ça m'attriste... je m'empresse souvent de dire aux parents que leurs enfants ne me dérangent pas du tout d'ailleurs. Mais bon moi aussi j'ai entendu ce genre de phrase et si on n'y fait pas toujours gaffe sur le coup, elles restent en tête très longtemps, y compris quand on est adulte... à nous de voir si on veut éviter de reproduire ces schémas. Malheureusement beaucoup de parents tombent dans ce phénomène compréhensible qui consiste à préférer se dire "ça va je n'en suis pas mort.e c'est donc que c'est valable" et à opter pour le même comportement. Ce qui permet au passage de le considérer comme normal, etc

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire